Soulager les douleurs avec du chaud ou avec du froid ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Comme chacun le sait, certaines douleurs peuvent être soulagées simplement grâce à des sources de chaleur ou de froid à appliquer sur la zone concernée.  Qui n’a pas au moins une fois reçu une poche de glace ou une bouillote étant enfant pour soulager un bobo ? Probablement personne.

Mais évidemment, toutes les douleurs ne se traitent pas de la même façon et même avec des méthodes aussi simples et facilement accessibles que l’application de chaud ou de froid, il vaut mieux savoir ce que l’on fait avant de se lancer. En effet, comme on peut aisément le deviner : appliquer de la chaleur sur une blessure qui demanderait plutôt du froid peut, en plus de ne pas soigner, aggraver la situation ainsi que l’état de la victime. Il vaut donc mieux savoir au préalable quoi faire et ne pas agir au hasard. Savoir utiliser la température pour soulager des douleurs, c’est le rôle d’une discipline médicale appelée thermothérapie.

Pour vous aider à y voire plus clair et surtout pour éviter à chacun de faire des bêtises, on vous propose aujourd’hui un petit guide pratique sur l’emploi du chaud et du froid pour traiter différentes douleurs.

Soulager les tensions grâce à la chaleur

Depuis très longtemps, le chaud est utilisé pour soulager nombre de douleurs de natures variées. Les tensions musculaires sont sans doute les afflictions les plus emblématiques que la chaleur permet d’atténuer. Courbatures, nœuds musculaires : le chaud agit directement sur ces douleurs et c’est pour cela qu’il est si agréable et décontractant de prendre une bonne douche chaude après une séance de sport intense. Mais la chaleur permet d’atténuer bien d’autres types de douleurs. Douleurs menstruelles, torticolis, mal de dos, maux de ventre, maux de tête : la liste est longue !

Quels sont les effets du chaud sur le corps et comment l’application de chaleur peut elle ainsi calmer tous ces maux ? Premièrement la chaleur permet de détendre les muscles et agit ainsi sur les nœuds et sur les douleurs nerveuses induites par le pincement d’un nerf par les muscles. Ensuite, le chaud stimule la circulation sanguine, ce qui engendre une meilleure oxygénation des tissus ainsi que l’élimination de toxines, qui, coincées dans les muscles peuvent engendrer des douleurs. Enfin, la chaleur a également un impact direct sur notre perception de la douleur car elle a pour effet de booster notre production d’endorphines ce qui entraine une action analgésique.

Alors que ça soit à l’aide de bouillottes, lampes infrarouges, patches chauffants, massages, la prochaine fois que vous voulez soulager une des douleurs décrites plus haut, pensez à la chaleur !

Traumatismes et inflammations : pensez au froid !

Quand on souffre d’une inflammation, d’un traumatisme ou d’une douleur aux articulations, il faut penser au froid en premier. Les blessures comme les entorses, les contusions, les déchirures musculaires mais aussi les douleurs chroniques induites par l’arthrose peuvent être soulagées par l’application d’une source froide sur la zone douloureuse.

Le froid agit directement sur l’inflammation en réduisant les cytokines pro-inflammatoires mais il peut aussi réduire ou stopper le développement de certaines blessures induites par un traumatisme, comme les bleus ou les bosses. De plus, le froid a pour effet d’ « endormir » la douleur.

Le bon réflexe face à une blessure musculaire comme un claquage ou face à un choc : une poche de gel sorti du congélateur, une poche de glace ou encore une poche de légumes surgelés. Mais attention, il ne faut pas l’appliquer directement sur la peau. Mieux vaut envelopper la source de froid dans un torchon.

En bref :

Pour traiter les douleurs avec le chaud et le froid, il ne faut donc pas faire n’importe quoi. Pour les courbatures, les crampes musculaires, les tensions, les douleurs menstruelles ou encore les migraines : la chaleur. Par contre, pour les cas d’entorse, claquage, inflammation, ecchymoses, bosses ou douleurs articulaires, il faut penser au froid !

CSI

Commentez